Podcasts sur l'histoire

Christa McAuliffe

Christa McAuliffe


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Christa McAuliffe était une enseignante américaine, sélectionnée parmi plus de 11 000 candidats pour être la première enseignante dans l'espace. Tragiquement, elle est décédée à peine 73 secondes après le décollage de la navette spatiale Challenger, avec six autres astronautes. On se souvient d'elle comme d'une héroïne par sa profession en tentant de toucher l'avenir.DébutsSharon Christa Corrigan est née à Boston, Massachusetts, le 2 septembre 1948. Elle a obtenu son baccalauréat ès arts en 1970. Christa a épousé son petit ami de longue date, Steve McAuliffe, quelques semaines après l'obtention de son diplôme. Elle est retournée à l'université pour obtenir sa maîtrise en administration scolaire du Bowie State College en 1978. Peu de temps après, le couple a déménagé à Concord, dans le New Hampshire, où leur deuxième enfant, Caroline, est née. Steve a commencé sa pratique du droit et Christa est restée à la maison avec les enfants.

Une opportunité célesteChrista McAuliffe a accepté un poste d'enseignante en sciences sociales à l'école secondaire Concord en 1982. Deux ans plus tard, elle a appris que la NASA cherchait un enseignant pour voler sur la navette spatiale. La NASA recherchait spécifiquement quelqu'un qui pourrait donner des cours en orbite. McAuliffe ne pouvait pas laisser passer l'occasion. Elle a rempli le formulaire de 11 pages, l'a posté à la dernière minute et a attendu. Lorsqu'elle est devenue finaliste, elle ne croyait toujours pas qu'elle serait celle choisie; certains des autres espoirs étaient également des médecins, des auteurs et même des universitaires. Le 19 juillet 1985, cependant, Christa McAuliffe a été sélectionnée par la NASA pour être la première enseignante dans l'espace. Considéré par ses élèves comme un « être humain inspirant, un merveilleux professeur qui a donné vie à leurs cours », McAuliffe a été à la hauteur de son surnom de « Field Trip Teacher ». Elle a insisté sur le fait que c'était l'expérience directe qui a fait l'outil d'enseignement le plus efficace - son prochain voyage sur le Challenger étant le « voyage de terrain ultime ». En plus de chercher un enseignant innovant, la NASA recherchait une personne ordinaire à qui les gens ordinaires pourraient s'identifier ; McAuliffe était cette personne. Elle serait une personne ordinaire - pour faire l'extraordinaire.Un régime d'entraînementÀ l'automne de cette année-là, MacAuliffe a pris un an de congé (la NASA a payé son salaire) pour s'entraîner pour la mission de la navette spatiale de 1986. Elle serait une spécialiste de la charge utile de l'équipage STS-51-L, donnerait des leçons depuis l'espace et tiendrait un journal de ses expériences. McAuliffe voulait montrer à l'équipage qu'elle n'était pas seulement là pour le trajet et qu'elle pouvait travailler aussi dur qu'eux. fait. Les autres membres d'équipage l'ont traitée comme faisant partie de l'équipe. Elle s'est entraînée avec eux pendant 114 heures, et quand il était temps de décoller, elle était prête.Le pire résultatCependant, le 28 janvier 1986, 73 secondes seulement après le décollage, la navette spatiale Challenger a explosé, tuant les sept astronautes à bord. Le monde entier a regardé avec horreur et incrédulité. La mission de McAuliffe dans l'espace s'est terminée par une tragédie brutale. Sa devise était : "Je touche l'avenir, j'enseigne". Elle continue à enseigner par l'exemple à ce jour.Honneurs posthumesLe jeune enseignant/astronaute a été honoré lors de nombreux événements. Elle a reçu la Congressional Space Medal. Le planétarium Christa McAuliffe à Concord, New Hampshire, et le Christa McAuliffe Space Education Center à Pleasant Grove, Utah, ont été nommés en sa mémoire, ainsi que l'astéroïde 3352 McAuliffe et le cratère lunaire McAuliffe. De nombreuses écoles portent également son nom.


5 choses que vous ne savez peut-être pas sur la catastrophe de la navette Challenger

1. Le Challenger n'a pas vraiment explosé.
La navette spatiale a été engloutie dans un nuage de feu seulement 73 secondes après le décollage, à une altitude de quelque 46 000 pieds (14 000 mètres). Cela ressemblait à une explosion, les médias l'ont appelé une explosion et même les responsables de la NASA l'ont décrit à tort de cette façon au départ. Mais une enquête ultérieure a montré qu'en fait, il n'y avait pas eu de détonation ou d'explosion dans la façon dont nous comprenons généralement le concept. Un joint dans le propulseur de fusée à combustible solide droit de la navette conçu pour empêcher les fuites du réservoir de carburant pendant le décollage s'est affaibli dans les températures glaciales et a échoué, et des gaz chauds ont commencé à s'écouler par la fuite. Le réservoir de carburant lui-même s'est effondré et s'est déchiré, et le flot d'oxygène liquide et d'hydrogène qui en a résulté a créé l'énorme boule de feu que beaucoup pensent être une explosion.

2. Les astronautes à bord de la navette ne sont pas morts instantanément.
Après l'effondrement de son réservoir de carburant, le Challenger lui-même est resté momentanément intact et a continué à monter. Sans son réservoir de carburant et ses boosters en dessous, cependant, de puissantes forces aérodynamiques ont rapidement séparé l'orbiteur. Les pièces&# x2014, y compris la cabine de l'équipage&# x2014, ont atteint une altitude d'environ 65 000 pieds avant de tomber du ciel dans l'océan Atlantique ci-dessous. Il est probable que l'équipage du Challenger ait survécu à la rupture initiale de la navette, mais ait perdu connaissance en raison de la perte de pression dans la cabine et soit probablement décédé assez rapidement en raison d'un manque d'oxygène. Mais la cabine a touché la surface de l'eau (à plus de 200 mph) 2 minutes et 45 secondes après la rupture de la navette, et on ne sait pas si l'un des membres de l'équipage aurait pu reprendre conscience dans les dernières secondes de la tomber.

Les cinq astronautes et deux spécialistes de la charge utile qui composaient l'équipage de la STS 51-L à bord de la navette spatiale Challenger en janvier 1986. Les membres de l'équipage sont (de gauche à droite, au premier rang) les astronautes Michael J. Smith, Francis R. (Dick) Scobee et Ronald E. McNair et Ellison S. Onizuka, Sharon Christa McAuliffe, Gregory Jarvis et Judith A. Resnik.

3. Relativement peu de gens ont vu la catastrophe de Challenger se dérouler à la télévision en direct.
Bien que la sagesse populaire au sujet de la tragédie vieille de 30 ans estime que des millions de personnes ont regardé le destin horrible du Challenger&# x2019s se dérouler en direct à la télévision&# x2014en plus des centaines à regarder sur le terrain&# x2014le fait est que la plupart des gens ont regardé des rediffusions enregistrées de l'actuel un événement. Tous les principaux réseaux transportant le lancement se sont coupés lorsque la navette s'est brisée, et la tragédie s'est produite à un moment (11 h 39, heure de l'Est un mardi) où la plupart des gens étaient à l'école ou au travail. CNN a diffusé le lancement dans son intégralité, mais les informations par câble étaient un phénomène relativement nouveau à l'époque, et encore moins de personnes avaient des antennes paraboliques. Bien que le grand public n'ait peut-être pas regardé en direct, la NASA avait organisé une diffusion par satellite sur des téléviseurs dans de nombreuses écoles en raison du rôle de McAuliffe dans la mission, et de nombreux écoliers qui ont regardé se souviennent de la catastrophe comme d'un moment charnière de leur enfance .

4. Au lendemain de la tragédie, certains ont suggéré que la Maison Blanche avait poussé la NASA à lancer la navette à temps pour le discours sur l'état de l'Union du président Ronald Reagan, prévu pour le 28 janvier.
Les responsables de la NASA ont apparemment ressenti une pression intense pour faire avancer la mission Challenger&# x2019s après des retards répétés, en partie à cause des difficultés à remettre la navette précédente, Columbia, au sol. Mais les rumeurs selon lesquelles des pressions auraient été exercées d'en haut, en particulier de la Maison Blanche Reagan, afin de relier directement la navette ou ses astronautes d'une manière ou d'une autre à l'État de l'Union semblent avoir été motivées par des considérations politiques et ne se fondent sur aucune preuve directe.  

Au lendemain de la tragédie, Reagan a reporté son message annuel à la nation (la première et jusqu'à présent la seule fois dans l'histoire où un président l'a fait) et s'est plutôt adressé à la nation au sujet du Challenger. Largement considéré comme l'un des meilleurs discours de sa présidence, l'allocution de 650 mots s'est terminée par une citation émouvante du poème &# x201CHigh Flight,&# x201D par le pilote américain John McGee Jr., qui a été tué alors qu'il volait pour le Royal L'Aviation canadienne pendant la Seconde Guerre mondiale. 

À propos des astronautes Challenger, Reagan a déclaré : « Nous ne les oublierons jamais, ni la dernière fois que nous les avons vus, ce matin, alors qu'ils se préparaient pour leur voyage et ont dit au revoir et « ont glissé les liens hargneux de la terre » à &# x2018touchez le visage de Dieu.’”

5. Plus d'une décennie après la catastrophe du Challenger, deux gros morceaux du vaisseau spatial se sont échoués sur une plage locale.
Moins d'un jour après la tragédie de la navette, les opérations de récupération ont permis de récupérer des centaines de livres de métal du Challenger. En mars 1986, les restes des astronautes ont été retrouvés dans les débris de la cabine de l'équipage. Bien que toutes les pièces importantes de la navette aient été récupérées au moment où la NASA a fermé son enquête Challenger en 1986, la plupart des vaisseaux spatiaux sont restés dans l'océan Atlantique. Une décennie plus tard, les souvenirs de la catastrophe ont refait surface lorsque deux gros morceaux du Challenger se sont échoués dans les vagues à Cocoa Beach, à 32 km au sud du Kennedy Space Center de Cap Canaveral. La NASA croyait que les deux fragments incrustés de balanes, l'un mesurant plus de 6 pieds de large et 13 pieds de long, étaient à l'origine connectés, et qu'ils provenaient du volet de l'aile gauche de la navette&# x2019s. Après avoir été vérifiées, les pièces nouvellement trouvées ont été placées dans deux silos de missiles abandonnés avec les autres restes de la navette, qui comptent environ 5 000 pièces et pèsent environ 250 000 livres.


Quel âge a Caroline Corrigan ? Son anniversaire tombe le 10 septembre 1980. Elle a 41 ans. Elle détient la nationalité américaine et appartient à une ethnie mixte. Son signe de naissance est la Vierge. Elle est née aux États-Unis.

Quelle est la taille de Caroline Corrigan ? Elle se dresse à une hauteur de 5 pi 5 po ou bien 1,65 m ou 165 cm. Elle pèse environ 55 kg ou 121 lb. Elle a de beaux yeux marron foncé et des cheveux blonds. Ses mensurations sont de 38 à 28 à 40 pouces. Elle porte une taille de bonnet de soutien-gorge de 36 C.


Posséder les étoiles pour une seule nuit ! Organisez votre événement dans l'espace le plus cool du New Hampshire et personnalisez-le.

"Tant de choses interactives à faire. Les enfants et les adultes apprécieront. Vous pouvez même essayer de faire atterrir une navette spatiale dans une maquette. Assurez-vous d'aller dans le planétarium et assistez à l'un des spectacles célestes. Le premier vendredi de chaque mois, les astronomes locaux se rassemblent tous sur leur parking et vous pouvez simplement vous présenter et les membres vous laisseront regarder les étoiles à travers leurs propres télescopes !"

Centre de découverte McAuliffe-Shepard, 2 Institute Drive Concord, NH 03301(603) 271-7827

Heures de printemps
5 mars 16 avril 3 mai 30 juin 2021 Ouvert les vendredis, samedis et dimanches de 10h30 à 13h et de 13h30 à 16h
Vacances d'avril - 16 avril-2 mai 2021 Ouvert tous les jours de 10h30 à 13h et de 13h30 à 16h
Horaires spéciaux pour les personnes à risque et les personnes âgées 5 mars 30 juin 2021 : vendredi matin, 9h-10h30

Heures d'été
1er juillet au 5 septembre 2021 Ouvert tous les jours de 10h30 à 13h et de 13h30 à 16h

Heures d'automne/hiver
10 septembre-24 décembre 2021 -
Ouvert les vendredis, samedis et dimanches ainsi que Columbus Day (11 octobre) et Veterans Day (11 novembre) de 10 h 30 à 16 h 00
Vacances de Noël - 26-31 décembre 2021 - Ouvert tous les jours de 10h30 à 16h00

Fermé Pâques, Memorial Day, 4 juillet, Thanksgiving, Noël et jour de l'An


La navette spatiale Challenger explose après le décollage

À 11 h 38 HNE, le 28 janvier 1986, la navette spatiale Challenger décolle de Cap Canaveral, en Floride, et Christa McAuliffe est en passe de devenir le premier civil américain ordinaire à voyager dans l'espace. McAuliffe, une professeure d'études sociales de 37 ans du New Hampshire, a remporté un concours qui lui a valu une place parmi les sept membres de l'équipe de Challenger. Elle a suivi un entraînement de navette pendant des mois mais, à partir du 23 janvier, elle a été forcée d'attendre six longs jours alors que le ChallengerLe compte à rebours du lancement de 2018 a été retardé à plusieurs reprises en raison de problèmes météorologiques et techniques. Enfin, le 28 janvier, la navette a décollé.

Soixante-treize secondes plus tard, des centaines de personnes au sol, dont la famille de Christa&# x2019, regardaient avec incrédulité la navette s'effondrer dans un panache de fumée et de feu. Des millions d'autres ont regardé la tragédie déchirante se dérouler à la télévision en direct. Il n'y a eu aucun survivant.

En 1976, la National Aeronautics and Space Administration (NASA) a dévoilé le premier vaisseau spatial habité réutilisable au monde, le Entreprise. Cinq ans plus tard, les vols spatiaux de la navette ont commencé lorsque Colombie a voyagé dans l'espace pour une mission de 54 heures. Lancée par deux propulseurs à poudre et un réservoir externe, seule la navette semblable à un avion est entrée en orbite autour de la Terre. Une fois la mission terminée, la navette a tiré des moteurs pour réduire la vitesse et, après avoir traversé l'atmosphère, a atterri comme un planeur. Les premières navettes emportaient des équipements satellitaires dans l'espace et effectuaient diverses expériences scientifiques. Les Challenger catastrophe a été le premier grand accident de navette.

Au lendemain de la catastrophe, le président Ronald Reagan a nommé une commission spéciale pour déterminer ce qui n'allait pas avec Challenger et d'élaborer de futures mesures correctives. La commission présidentielle était dirigée par l'ancien secrétaire d'État William Rogers et comprenait l'ancien astronaute Neil Armstrong et l'ancien pilote d'essai Chuck Yeager. L'enquête a déterminé que la catastrophe a été causée par la défaillance d'un joint “O-ring” dans l'une des deux fusées à combustible solide. Le joint torique élastique n'a pas répondu comme prévu en raison de la température froide au moment du lancement, ce qui a déclenché une chaîne d'événements qui a entraîné une perte massive. En conséquence, la NASA n'a pas envoyé d'astronautes dans l'espace pendant plus de deux ans, car elle a repensé un certain nombre de fonctionnalités de la navette spatiale.

En septembre 1988, les vols de la navette spatiale reprennent avec le lancement réussi du Découverte. Depuis lors, la navette spatiale a effectué de nombreuses missions importantes, telles que la réparation et la maintenance du télescope spatial Hubble et la construction de la Station spatiale internationale.

Le 1er février 2003, une deuxième catastrophe de navette spatiale a secoué les États-Unis lorsque Colombie désintégré lors de la rentrée de l'atmosphère terrestre&# x2019s. Tous à bord ont été tués. Malgré les craintes que les problèmes qui ont Colombie n'avait pas été résolu de manière satisfaisante, les vols de navette spatiale ont repris le 26 juillet 2005, lorsque Découverte a été de nouveau mis en orbite.

Le programme de la navette spatiale a officiellement pris fin le 31 août 2011 après sa dernière mission, STS-135 pilotée par Atlantis, en juillet 2011.


Histoire


Sharon Christa McAuliffe, la première enseignante à voler dans l'espace. Sélectionné parmi plus de 11 000 candidats de la profession de l'éducation pour entrer dans les rangs des astronautes, McAuliffe était né le 2 septembre 1948, l'aîné des enfants d'Edward et Grace Corrigan . À cette époque, son père terminait sa deuxième année au Boston College, mais peu de temps après, il a accepté un poste de contrôleur adjoint dans un grand magasin de Boston et la famille a déménagé dans la banlieue de Boston, Framingham. Dans sa jeunesse elle a enregistré de l'enthousiasme pour le programme d'alunissage d'Apollo et a écrit des années plus tard sur son formulaire de candidature d'astronaute que "J'ai vu naître l'ère spatiale et j'aimerais y participer".

McAuliffe a fréquenté le Framingham State College dans sa ville natale, où elle a obtenu son diplôme en 1970. Quelques semaines plus tard, elle a épousé son petit ami de longue date, Steven McAuliffe, et ils ont déménagé dans la région métropolitaine de Washington, DC, afin que Steven puisse fréquenter la Georgetown Law School. a pris un travail d'enseignant dans les écoles secondaires, spécialisé dans l'histoire américaine et les études sociales. Concord, New Hampshire, en 1978, lorsque Steven a accepté un poste d'assistant du procureur général de l'État. Shuttle. Le but était de trouver un enseignant doué qui pourrait communiquer avec les élèves depuis l'espace.

La NASA a choisi McAuliffe pour ce poste à l'été 1984 et à l'automne, elle a pris un congé d'un an de l'enseignement, pendant lequel la NASA paierait son salaire et s'est entraînée pour une mission de la navette au début de 1986. des relations immédiates avec les médias, et l'enseignant dans le programme spatial a reçu une énorme attention populaire en conséquence. C'est en partie à cause de l'excitation suscitée par la présence de McAuliffe à bord du Challenger que l'accident a eu un impact si important sur la nation.

Source : NASA, biographie, Christa McAuliffe

Christa a fréquenté le lycée de Framingham et le lycée Marian de Framingham. Elle a vécu dans la section Saxonville de Framingham et a souvent visité la branche Saxonville de la bibliothèque publique de Framingham. La succursale a été rebaptisée Bibliothèque Christa Corrigan McAuliffe en son honneur. La mère de Christa, Grace Corrigan, vit toujours à Saxonville et fait des présentations sur Christa et participe à des célébrations spéciales au Framingham State College, leur alma mater. Il existe plusieurs livres sur Christa et la catastrophe du Challenger, dont le Journal de Mme Corrigan pour Christa


Contenu

McAuliffe est né et a grandi à Syracuse, New York, le fils de Mildred Katherine (née Lonergan) et Jack McAuliffe. [5] [6] Son père était un agent immobilier et un politicien démocrate local. La famille est d'origine irlandaise. [7] [8] [9]

Il est diplômé de la Bishop Ludden Junior/Senior High School en 1975. En 1979, il a obtenu un baccalauréat de la Catholic University of America, où il a été conseiller résident. [10] Après avoir obtenu son diplôme, McAuliffe a travaillé pour la campagne de réélection du président Jimmy Carter, devenant le directeur national des finances à l'âge de 22 ans. Après la campagne, McAuliffe a fréquenté le Georgetown University Law Center, où il a obtenu son doctorat en droit en 1984. [11]

À l'âge de 14 ans, McAuliffe a lancé sa première entreprise, [12] McAuliffe Driveway Maintenance, scellant les allées et les parkings. Selon Le Washington Post, McAuliffe a « gagné des millions en tant que banquier, promoteur immobilier, constructeur de maisons, propriétaire d'hôtel et capital-risqueur Internet ». [13]

En 1985, McAuliffe a aidé à fonder la Federal City National Bank, une banque locale basée à Washington, DC. [14] En janvier 1988, lorsque McAuliffe avait trente ans, le conseil d'administration de la banque a élu McAuliffe comme président, faisant de lui le plus jeune président de l'association à charte de la Réserve fédérale américaine. [15] : 75-76 En 1991, McAuliffe a négocié une fusion avec Credit International Bank, qu'il a appelée sa "plus grande expérience d'affaires." [16] McAuliffe est devenu le vice-président de la banque nouvellement fusionnée. [16] [17]

En 1979, McAuliffe avait rencontré Richard Swann, un avocat qui était en charge de la collecte de fonds pour la campagne présidentielle de Jimmy Carter en Floride. En 1988, McAuliffe a épousé la fille de Swann, Dorothy. En 1991, la Resolution Trust Corporation, une agence fédérale, a repris l'actif et le passif de l'American Pioneer Savings Bank de Swann. [16] Sous la direction de Swann, McAuliffe a acheté une partie des biens immobiliers d'American Pioneer à la Resolution Trust Corporation. Le partenaire égal de McAuliffe dans l'accord était un fonds de pension contrôlé par la Fraternité internationale des ouvriers en électricité (FIOE) et la National Electrical Contractors Association (NECA). Ils ont acheté des biens immobiliers évalués à 50 millions de dollars pour 38,7 millions de dollars [16] [18] McAuliffe a reçu une participation de 50 %. [18] En 1996, McAuliffe a acquis une entreprise de construction de maisons en difficulté, American Heritage Homes, qui était au bord de la faillite. [16] [19] McAuliffe a exercé les fonctions du président d'American Heritage. [20] En 1998, McAuliffe avait construit American Heritage Homes dans l'une des plus grandes entreprises de construction de maisons de la Floride centrale. [21] En 1999, l'entreprise construisait plus de 1 000 maisons unifamiliales par an. [22] À la fin de 2002, KB Home a acheté American Heritage Homes pour 74 millions de dollars. [23]

En 1997, McAuliffe a investi 100 000 $ en tant qu'investisseur providentiel dans Global Crossing, [15] une société de télécommunications enregistrée aux Bermudes. [24] Global Crossing est devenu public en 1998. [25] En 1999, McAuliffe a vendu la majorité de sa participation pour 8,1 millions de dollars. [26] McAuliffe a fait l'objet de critiques après avoir fait sept chiffres sur son investissement dans Global Crossing lorsque la société a déclaré faillite un an plus tard, 12 000 personnes ayant perdu leur emploi. [27]

McAuliffe a rejoint ZeniMax Media en tant que conseiller d'entreprise en 2000. [28]

En 2009, McAuliffe a rejoint GreenTech Automotive, une société holding, qui a acheté la société chinoise de voitures électriques EU Auto MyCar pour 20 millions de dollars en mai 2010. [29] Plus tard dans l'année, McAuliffe a déménagé le siège de GreenTech à McLean, en Virginie, et l'usine basé dans le Mississippi. [30] [31] [32] En décembre 2012, McAuliffe a annoncé sa démission de GreenTech pour se concentrer sur sa course pour le gouverneur de Virginie. [33] [34] [35] En 2013, la Securities and Exchange Commission des États-Unis a enquêté sur GreenTech Automotive et McAuliffe pour fraude au visa. [36] McAuliffe a tenté d'obtenir des crédits d'impôt du Virginia Economic Development Partnership (VEDP), l'agence de recrutement des entreprises de l'État, pour construire l'usine de GreenTech Automotive en Virginie. [37] Il a refusé de fournir au VEDP une documentation appropriée de sa stratégie commerciale et de ses investisseurs, ce qui a amené le VEDP à décliner les incitations économiques pour GreenTech Automotive. [37] McAuliffe a prétendu plus tard à tort pendant sa course au poste de gouverneur que le VEDP n'était pas coopératif et ne s'intéressait pas à GreenTech Automotive. [37] En 2017, les investisseurs de GreenTech Automotive ont poursuivi McAuliffe pour fraude, la société déclarant ensuite faillite en 2018. [38] [39] [40] McAuliffe a accordé à 32 riches ressortissants chinois des visas EB-5 en échange d'investissements de 560 000 $ dans GreenTech Automotive. , qui a dépassé le quota déterminé par le Department of Homeland Security pour GreenTech Automotive. [38] [39]

Relation avec les Clinton Modifier

McAuliffe a eu une carrière prolifique dans la collecte de fonds au sein du Parti démocrate et une relation personnelle et politique avec Bill et Hillary Clinton. [16] McAuliffe et son personnel ont levé 275 millions de dollars, alors une somme sans précédent, pour les causes de Clinton alors qu'il était président. Après la fin du mandat de Bill Clinton, McAuliffe a garanti l'hypothèque de 1,35 million de dollars des Clinton pour leur maison à Chappaqua, New York. L'accord a soulevé des questions éthiques. [41] [42] En 1999, il a exercé les fonctions du président de la Célébration du Millénaire de l'Amérique sous Clinton. [43] En 2000, McAuliffe a présidé une collecte de fonds avec les Clinton au profit du vice-président Al Gore, en établissant un record de collecte de fonds de 26,3 millions de dollars. [44]

McAuliffe a dit à Le New York Times en 1999, "J'ai rencontré tous mes contacts d'affaires par le biais de la politique. Tout est lié." Lorsqu'il rencontre un nouveau contact commercial, il poursuit : « Ensuite, je collecte de l'argent auprès d'eux. » [16] Il a reconnu que le succès de ses relations d'affaires provenait en partie de sa relation avec Bill Clinton, en disant : "Pas de doute, c'en est une partie." Il a également attribué ses liens avec les anciens membres du Congrès Dick Gephardt et Tony Coelho, son Rolodex de plus de 5 000 noms et sa capacité à établir des relations personnelles avec les gens. [16] En 2004, il était l'un des cinq membres du conseil d'administration de la Fondation Clinton. [45] Il a dit New York Times journaliste Mark Leibovich en 2012 que son Rolodex contenait 18 632 noms. [46]

2000 Convention Nationale Démocratique Modifier

En juin 2000, alors que les organisateurs de la Convention nationale démocrate de 2000 s'efforçaient de collecter 7 millions de dollars, le président de la convention, Roy Romer, a démissionné pour devenir surintendant du district scolaire unifié de Los Angeles. McAuliffe a immédiatement accepté la nomination en tant que remplaçant de Romer lorsqu'on lui a demandé lors d'un appel téléphonique par le candidat présidentiel présumé Al Gore. Déjà dans l'actualité pour une collecte de fonds record de 26 millions de dollars avec Bill Clinton le mois précédent, McAuliffe avait promis que l'argent serait un "non-problème" pour la convention et que les 7 millions de dollars restants seraient collectés "très rapidement". [41] De nombreux membres du parti ont fait l'éloge de la sélection de McAuliffe, qui était largement considérée comme représentant la croissance de son influence, James Carville racontant Le New York Times que "son action se négocie à un niveau record". [47] [48]

Président du Comité national démocrate Modifier

En février 2001, McAuliffe a été élu président du Comité national démocrate (DNC) et a exercé ses fonctions jusqu'en février 2005. [49] Pendant son mandat, le DNC a levé 578 millions de dollars et est sorti de la dette pour la première fois de son histoire. [50] Avant de servir en tant que président du DNC, McAuliffe a été président du DNC Business Leadership Forum en 1993 et ​​en tant que président des finances du DNC en 1994. [51] [15] : 88 210

En 2001, McAuliffe a fondé le Voting Rights Institute. [52] En juin 2001, McAuliffe a annoncé la fondation du Projet de sensibilisation des électeurs hispaniques pour atteindre plus d'électeurs hispaniques. [15] : 296-297 La même année, il a fondé le Women's Vote Center pour éduquer, engager et mobiliser les femmes au niveau local pour se présenter aux élections. [53] [15] : 297

Entre les élections de 2002 et la convention démocrate de 2004, le DNC a reconstruit les opérations et les alliances intra-parties. McAuliffe s'est efforcé de restructurer le calendrier des primaires démocrates, permettant à l'Arizona, au Nouveau-Mexique, au Michigan et à la Caroline du Sud de voter plus tôt. Selon Le Washington Post, cette décision a renforcé les efforts de collecte de fonds du sénateur américain John Kerry. [54] Le DNC a reconstruit son quartier général et McAuliffe a construit le premier fichier national des électeurs du Parti démocrate, une base de données informatique de plus de 175 millions de noms connue sous le nom de "Demzilla". [55] [56] Au cours du cycle électoral de 2004, le DNC a accueilli pour la première fois six débats présidentiels. [57]

En tant que président, McAuliffe a défendu le publipostage et les dons en ligne et a constitué une petite base de donateurs qui a éliminé la dette du parti et, selon le Washington Post, "pourrait potentiellement alimenter le parti pendant des années". [58] Sous sa direction, le DNC a levé un total de 248 millions de dollars auprès de donateurs donnant 25 000 $ ou moins au cours du cycle électoral 2003-2004. [59]

En janvier 2005, quelques semaines avant la fin de son mandat, McAuliffe a affecté 5 millions de dollars de l'argent du parti pour aider Tim Kaine et d'autres démocrates de Virginie lors de leurs prochaines élections. Ce don était le plus gros décaissement non présidentiel de l'histoire du DNC et faisait partie de la tentative de McAuliffe de prouver la viabilité démocratique dans les États du Sud à la suite de l'élection présidentielle de 2004. [60] Kaine a remporté sa candidature et a été gouverneur de Virginie de 2006 à 2010.

Post-DNC Modifier

En 2012, il a été chercheur invité à la John F. Kennedy School of Government de l'Université Harvard. En plus de plusieurs conférences de professeurs et d'étudiants, McAuliffe a animé un segment intitulé « The Making of a Candidate: From Running Campaigns to Running on my Own ». [63]

En février 2018, il a commencé à présider l'engagement de l'État au Comité national de redécoupage démocratique. [64]

Élections Modifier

2009 Modifier

Le 10 novembre 2008, McAuliffe a formé un comité exploratoire visant à l'élection du gouverneur de Virginie en 2009. [65] Selon Le Washington Post, McAuliffe croyait qu'il l'emporterait "parce qu'il [pourrait] faire campagne en tant que chef d'entreprise qui peut apporter des emplois en Virginie". [65] Il a également cité sa capacité à collecter des fonds pour les candidats démocrates à prix réduit. [65] McAuliffe a levé plus de 7,5 millions de dollars pendant la campagne et s'est fait don de 500 000 $ supplémentaires. [66] [67]

Lors des élections primaires, McAuliffe a affronté deux démocrates de premier plan, le sénateur de l'État Creigh Deeds, le candidat démocrate de 2005 au poste de procureur général de Virginie, et Brian Moran, un ancien chef de la minorité de la Chambre des délégués de Virginie. Le 9 juin 2009, McAuliffe s'est classé deuxième avec 26 % des voix, Deeds a reçu 50 % et Moran a recueilli 24 %. [68] [69]

2013 Modifier

Le 8 novembre 2012, McAuliffe a envoyé un courrier électronique à ses partisans annonçant son intention de se présenter au poste de gouverneur de Virginie en 2013. Dans son courrier électronique, il a déclaré : « Il est absolument clair pour moi que les Virginiens veulent que leur prochain gouverneur se concentre sur la création d'emplois et la responsabilité fiscale de bon sens. au lieu de questions partisanes qui divisent." [70]

Le 2 avril 2013, McAuliffe est devenu le candidat démocrate, alors qu'il se présentait sans opposition. [71] En général, McAuliffe a fait campagne contre le candidat républicain (et le procureur général de Virginie) Ken Cuccinelli et le candidat libertaire Robert Sarvis. McAuliffe a remporté une victoire surprise, car les républicains avaient dominé les récentes élections nationales et Cuccinelli était considéré comme le successeur trié sur le volet du gouverneur républicain sortant. McAuliffe a remporté 47,8% des voix, Cuccinelli a recueilli 45,2% et Sarvis, 6,5%. [1] McAuliffe a brisé une tendance de 40 ans et a été le premier candidat du parti du président en exercice élu gouverneur de Virginie depuis 1973. [72]

Durée Modifier

McAuliffe a prêté serment le 11 janvier 2014. À la suite de la cérémonie, McAuliffe a signé quatre décrets, dont un interdisant les cadeaux de plus de 100 $ aux membres de l'administration [73] et un décret interdisant la discrimination à l'encontre des employés de l'État à des fins sexuelles. l'orientation et l'identité de genre. [74] Les autres décrets exécutifs portaient sur la continuité du gouvernement. [74]

En tant que gouverneur, McAuliffe a émis un record de 120 vetos. [75] Il a opposé son veto aux projets de loi concernant principalement la législation sociale, y compris les droits des femmes, les droits LGBTQ, l'environnement et les droits de vote. [76] [75] [77] Tout au long de son mandat, la législature de l'État n'a renversé aucun des vetos qu'il a émis. [78] [79] Pendant son bail, Virginia a collecté plus de 20 milliards de dollars en nouveaux investissements en capital, 7 milliards de dollars de plus que n'importe quel gouverneur précédent. [80] [81] Il a participé à plus de 35 missions commerciales et marketing sur cinq continents, plus que tout autre gouverneur précédent, pour promouvoir le tourisme d'État et d'autres produits. [82] [83] [84]

En 2014, le président Obama a nommé McAuliffe au Conseil des gouverneurs. [85] [86] Cette même année, le Programme de Baie de Chesapeake l'a nommé pour présider son conseil exécutif. [87] McAuliffe a été élu vice-président de la National Governors Association en juillet 2015 et est devenu président de l'organisation en juillet 2016. [88] [89] En juin 2016, la Biotechnology Innovation Organization a nommé McAuliffe "Gouverneur de l'année". [90]

En 2017, Gouvernant nommé McAuliffe « Officier public de l'année » en reconnaissance de son travail de développement économique dans l'État, dont 200 000 nouveaux emplois créés et une baisse du chômage. [83] During his term, unemployment fell from 5.7% to 3.3% and personal income rose by 14.19%. [83] [84] [91] PolitiFact noted McAuliffe, like many other governors, had little control over their state's economic performance, with Virginia's economy following national trends. [92] Also in 2017, NARAL Pro-Choice Virginia honored McAuliffe with the Brick Wall Award. [93] That year, he was also named one of StateScoop's State Executives of the year. [94] [95] McAuliffe has repeated false claims that he turned a budget deficit into a surplus during his tenure. [96]

McAuliffe, among registered voters in Virginia, maintained natural-to-positive approval ratings during his tenure, but he was less popular than Bob McDonnell, Tim Kaine, and Mark Warner. [97]

Healthcare reform Edit

After the Republican-controlled Virginia House of Delegates blocked his plans to expand Medicaid, McAuliffe unveiled his own plan titled "A Healthy Virginia." He authorized four emergency regulations and issued one executive order allowing for use of federal funds (made available by the Affordable Care Act to any state seeking to expand its Medicaid program to increase the number of poor citizens who had access to health insurance). [98] McAuliffe's last hope for full Medicaid expansion ended when a Democratic state senator, Phillip Puckett (D-Russell), resigned. As a result, Virginia Democrats' razor-thin majority in the state senate flipped in favor of the Republicans, giving them control of both halves of the state's legislature. [99]

Economic development Edit

In addition to healthcare reform, a major initiative of the McAuliffe's administration over the first year was economic development, with McAuliffe using his business and political contacts to close deals for the commonwealth. [100] He helped close a deal to bring Stone Brewing to Richmond [101] and landed a $2 billion paper plant in the Richmond suburbs. McAuliffe also helped broker a deal with the Corporate Executive Board to locate its global headquarters in Arlington which created 800 new jobs. [102] McAuliffe also worked deals to restore service in Norfolk from Carnival Cruise Lines and Air China service to Dulles International Airport. [103] In February 2016, McAuliffe announced that Virginia was the first state to functionally end veteran homelessness. [104] In 2017, McAuliffe announced that Nestle USA was moving its headquarters from California to Virginia. He had worked with the company for more than a year to secure the move. [105] [106] McAuliffe also helped with bringing Amazon's second headquarters to Virginia in 2018. [107]

Voting rights Edit

On April 22, 2016, McAuliffe signed an executive order restoring voting rights to more than 200,000 convicted felons in Virginia. [108] The order was initially overturned by the Supreme Court of Virginia for violating the Constitution of Virginia, ruling that the Governor does not have the authority to grant blanket pardons and restorations of rights. [109] On August 22, 2016, McAuliffe announced that he had restored the voting rights to almost 13,000 felons individually using an autopen. [110] [111] [112] Republican leadership in the state filed a contempt-of-court motion against McAuliffe for the action, which the court dismissed. [113] [114] By the end of his term, McAuliffe had restored voting rights for 173,000 released felons, more than any governor in U.S. history. [115] [116]

FBI investigation Edit

On May 23, 2016, it was reported that the Federal Bureau of Investigation was investigating McAuliffe "over whether donations to his gubernatorial campaign violated the law." One example cited was a $120,000 donation from Chinese businessman Wang Wenliang. According to CNN, Wang's status as a legal permanent resident of the United States could make the donation legal under U.S. election law. [117]

Immigration Modifier

On January 31, 2017, McAuliffe appeared with Attorney General Mark Herring to announce that Virginia was joining the lawsuit Aziz v. Trump, challenging President Donald Trump's immigration executive order. [118] On March 27, 2017, McAuliffe vetoed a bill that would have prevented sanctuary cities in Virginia. [119] [120] [121]

After the 2016 presidential election, the media speculated McAuliffe could be a potential candidate in the 2020 United States presidential election. [122] Speculation intensified after Democrat Ralph Northam won the 2017 Virginia gubernatorial election by a wider than expected margin, which media reports suggested strengthened his credibility. [123]

On November 30, 2017, McAuliffe's confidantes told La colline he was "seriously considering a 2020 presidential run." [124]

McAuliffe initially called for Governor Ralph Northam to resign in 2019 after Northam's history of committing racially insensitive acts were made public McAuliffe stated he regretted calling for Northam's resignation later that month. [125] [126] McAuliffe called for Lieutenant Governor Justin Fairfax's resignation following several allegations of sexual assault against Fairfax came-to-light in 2019 Fairfax called McAuliffe a "racist" for supporting his accusers. [127] [128] [129] Fairfax stated that McAuliffe treated him like George Floyd and Emmett Till. [130] [131] [132]

On April 17, 2019, McAuliffe announced that he would not pursue the presidency in 2020 and would support Democrats in the 2019 Virginia elections. [133] After calling for Joe Morrissey's resignation from the House of Delegates for having sex with a female minor in 2015 -- Morrissey had employed her as a part-time receptionist -- McAuliffe campaigned for Morrissey in the 2019 elections with McAuliffe helping Morrissey raise campaign funds. [134] [135] [136] McAuliffe said he "respect[ed]" Morrissey's fighting spirit at a campaign fundraiser for Morrissey. [137]

2021 gubernatorial campaign Edit

On December 8, 2020, McAuliffe posted a video to his Facebook page announcing his return campaign for governor. [138] On June 8, 2021, McAuliffe won the Democratic primary, garnering 62% of the vote. [4] He will face Republican Glenn Youngkin in the general election.

Avortement Modifier

In 2013, McAuliffe said he supports "keeping existing Virginia laws on when abortions are legal." [139] He opposes new state health and safety regulations on abortion clinics. [140] [141]

On February 21, 2017, Governor McAuliffe vetoed a bill that would have defunded Planned Parenthood in Virginia. [142]

Education and healthcare Edit

McAuliffe has spoken extensively on workforce development, with education proposals being funded through savings from the proposed Medicaid expansion. [143]

McAuliffe supports the Affordable Care Act, also known as Obamacare. He supports expanding Medicaid, arguing that taxes Virginians pay would return to Virginia. [139]

Energy and environmental issues Edit

McAuliffe believes human activity has contributed to global warming, and characterizes clean energy as a national security issue. [144] He supports reducing dependence on foreign oil through investment in technologies such as carbon capture and storage, solar farms, and offshore wind turbines. [144] [145] Billionaire environmentalist Tom Steyer and the League of Conservation Voters endorsed McAuliffe. [146] [147]

In his 2009 campaign, McAuliffe said, "I want to move past coal. As governor, I never want another coal plant built." [148] In his 2013 campaign, McAuliffe said he supported tougher safety requirements on coal plants. [139] He also announced his support for the Environmental Protection Agency's Clean Power Plan, which would limit the amount of carbon dioxide that could be emitted by power plants, making it difficult to build new coal-fired plants and to keep old ones operating. [149]

In 2017, McAuliffe filed a request with the federal Bureau of Ocean Energy Management that Virginia's coastal areas be excluded from a program to open up the East Coast to offshore drilling. [150] [151]

In May 2017, McAuliffe issued an executive order for Virginia to become a member of the Regional Greenhouse Gas Initiative (RGGI) to cut greenhouse gases from power plants. It was the first southern state to join. [152] [83]

Gun politics Edit

McAuliffe is a hunter and owns several shotguns. [153] McAuliffe supports universal background checks for gun sales, [154] [155] as well as "a renewal of the state's one-a-month limit on handgun purchases. a ban on anyone subject to a protection-from-abuse order from having a gun and the revoking of concealed-handgun permits for parents who are behind on child-support payments." [155] McAuliffe has also called for an assault weapons ban in Virginia. [156]

In January 2016, McAuliffe reached a compromise with Republicans, allowing interstate holders of concealed carry permits in Virginia, nullifying Attorney General Mark Herring's previous ruling, effective February 1, 2016. The deal will also take guns from domestic abusers and will require state police to attend gun shows to provide background checks upon request from private sellers. [157]

Impeachment Edit

In August 2018, McAuliffe stated "that's something we ought to look at", referring to President Trump's impeachment. He argued that if "President Obama had gone to Helsinki and done what President Trump had done, you would already have impeachment hearings going on." [158]

LGBT rights Edit

In 2013 during his gubernatorial candidacy, McAuliffe declared his support for same-sex marriage and was the first candidate to do so. [160] [161]

Transportation Edit

McAuliffe was among those who supported the bipartisan transportation bill that passed the General Assembly in 2013. He is in favor of the Silver Line, which would expand Metrorail services into Northern Virginia. [162]

McAuliffe married Dorothy Swann on October 8, 1988. [163] They reside in McLean, Virginia with their five children. [164] Their son Jack attended the United States Naval Academy and became a Marine. [164] [165]

In March 2018, McAuliffe was appointed as a visiting professor at George Mason University. [166]

Memoirs Edit

McAuliffe authored two books that both appeared on the New York Times Best Seller list. [167] [168]

Terry McAuliffe's memoir, What a Party! My Life Among Democrats: Presidents, Candidates, Donors, Activists, Alligators, and Other Wild Animals, was published in 2007 with Steve Kettmann and made the New York Times Best Seller List, debuting at #5 in February 2007. [168]

Among anecdotes told in the memoir was McAuliffe wrestling an eight-foot, 260-pound alligator for three minutes to secure a $15,000 contribution for President Jimmy Carter in 1980. [169] McAuliffe and the alligator would appear on the cover of La vie magazine. [169] Others included hunting with King Juan Carlos of Spain, golf outings with President Bill Clinton, and reviving the Democratic National Convention. [170] McAuliffe also wrote about the September 11 attacks and his experiences in the Democratic National Committee office immediately after. [171] McAuliffe was criticized for writing he felt like a "caged rat" when he was unable to raise campaign funds for the Democratic Party after 9/11, left his wife crying with their newborn child to raise money for the Democrats, and left his wife in the delivery room to attend a party for a Washington Post reporter. [172]

In 2019, McAuliffe wrote a second book, entitled Beyond Charlottesville, Taking a Stand Against White Nationalism. [173] [174] In August 2019, the book made the New York Times Best Seller List. [175]

2009 2009 Virginia gubernatorial Democratic primary [176]
Fête Candidat Votes %
Democratic Creigh Deeds 158,845 49.77
Democratic Terry McAuliffe 84,387 26.44
Democratic Brian Moran 75,936 23.79
Total votes 319,168 100.00
2013

McAuliffe ran unopposed in the 2013 Virginia gubernatorial Democratic primary.


Seeking the NASA application of Christa McAuliffe

I am searching for the complete application which Christa McAuliffe submitted on February 1, 1985, when she applied to the NASA Teacher in Space Project. I am writing a children's book about Christa's life. Her essays in this document are important research for my manuscript.

Re: Seeking the NASA application of Christa McAuliffe
Jason Atkinson 05.08.2020 8:00 (в ответ на Melanie Vickers)

Merci d'avoir posté votre demande sur History Hub !

Copies of the application submitted by Christa McAuliffe are located in the Christa Corrigan McAuliffe Collection at her alma mater, Framingham State University, as well as the historical reference collection of the NASA History Division . Please email these two organizations to request copies of the documents.  They also may have additional resources that would be of interest to you.

We searched the National Archives Catalog and located a number of records relating to Christa McAuliffe that may be of interest, some of which have been digitized and are available online using the Catalog . For more information about these records, please contact the reference units listed in the Catalog descriptions.

En raison de la pandémie de COVID-19 et conformément aux directives reçues du Bureau de la gestion et du budget (OMB), la NARA a ajusté ses opérations normales pour équilibrer la nécessité d'achever son travail critique tout en respectant la distanciation sociale recommandée pour le sécurité du personnel de la NARA. As a result of this re-prioritization of activities, you may experience a delay in receiving an initial acknowledgement as well as a substantive response to your reference request from the various NARA units. Nous nous excusons pour ce désagrément et vous remercions de votre compréhension et de votre patience.

For information about the Challenger accident, you may wish to review the Report of the Presidential  Commission  on the Space Shuttle Challenger Accident . You may also be interested in Christa’s Lost Lessons Brought to Life . We also searched the NASA website for her name with 136 results .

If you have not done so already, we suggest that you read A Journal for Christa: Christa McAuliffe, Teacher in Space written by her mother Grace George Corrigan


Who Was Christa McAuliffe?

On January 28, 1986, Christa McAuliffe's mission in space ended in tragedy. However, her message continues to speak to us today. Christa's motto was, "I touch the future, I teach." She is teaching us still.

In 1986, Christa McAuliffe stepped from the classroom into the history books. As part of a radical new approach by NASA, she was to be the first civilian in space. While her mission on the shuttle ended tragically, her mission as a teacher continues.

By 1984, space shuttle flights had become ordinary occurrences to many Americans. NASA wanted to rekindle the excitement that had once surrounded the space program. They thought that if an ordinary citizen were involved, a good "talker" who could communicate the excitement of travel in space, the public might once again become enthusiastic.

Taking this into consideration, President Ronald Reagan made the decision that the first ordinary American to travel on board a space shuttle would be "one of America's finest. a teacher." After all, good teachers have the ability to get people interested and excited. NASA's media coordinator said, "We're not looking for Superman we're looking for the person who can do the best job of describing his or her experiences on the shuttle to the most people on Earth."

The search finally led to Christa McAuliffe, a social studies teacher from Concord High School in Concord, New Hampshire. Her students considered her an "inspirational human being, a marvelous teacher who made their lessons come alive." Often called "The Field Trip Teacher," Christa believed it was the hands-on experience that made the most valuable teaching tool. In fact, she called her impending trip on the Challenger, "The Ultimate Field Trip."

Sharon Christa McAuliffe, the eldest of Edward and Grace Corrigan's five children, was born on September 2, 1948, in Framingham, Massachusetts. While in high school, Christa met Steve McAuliffe. Christa attended Framingham State College, majored in history, and received her degree in 1970. That year, she and Steve were married. Soon after, they moved to Washington, D.C., where Steve attended law school. Christa taught school until the birth of her first child, Scott. She then attended Bowie State College and earned a masters degree in school administration in 1978. Shortly thereafter, Steve, Christa, and Scott moved to Concord, New Hampshire, where Christa's second child, Caroline, was born. The McAuliffe family settled into an old, three-story house. Steve began his law practice, and Christa stayed home with the children.

Christa's love of teaching soon led her back to the classroom. First, Christa taught at Bow Memorial School, and then moved to Concord High School. Christa was also actively involved in the community - church, a tennis club, the local playhouse, the YMCA ,and Concord Hospital. In addition, she was a Girl Scout leader, a jogger, and a swimmer.

When the opportunity came to apply to be the "First Teacher in Space," everyone who knew Christa told her to "Go for it!" She completed the eleven page application, mailed it at the last minute and hoped for the best. After becoming a finalist, Christa did not think she would be chosen.

Some of the other teachers were doctors, authors, scholars. she was just an ordinary person. However, she was chosen, out of 11,500 applicants. An ordinary person - to whom ordinary people could relate - doing the extraordinary.

Christa's presence in the space program helped boost public interest and curiosity, and through her participation she also became an inspiration to the teaching profession. She felt her exposure as the "First Teacher in Space" reflected well on all teachers. Regarding the space program, she said, "A lot of people thought it was over when we reached the Moon. They put space on the back burner. But people have a connection with teachers. Now that a teacher has been selected, they are starting to watch the launches again."

Christa began her training at NASA's facility in Houston in September of 1985. At first, she was worried that the other astronauts might think she was just along for the ride. She wanted to prove she could work just as hard as they could. When they met, the other members of the crew treated her as part of the team. Christa trained with them for 114 hours, and when launch time came, she was ready. Just 73 seconds after lift-off, the space shuttle Challenger exploded, killing all seven astronauts aboard.

While aboard the shuttle, Christa was to have taught two lessons from space. In her first lesson she would have introduced each flight member, explained their roles, shown the cockpit with its 1,300 switches and dials, and explained how crew members ate, slept, and exercised in microgravity.

Her second lesson would have explained how the shuttle flew, discussed why people explore space, and reported on technological advances created by the space program. Throughout her voyage she was to have kept a journal, inspired by the journals of the pioneer women who left their homes in search of a new frontier. Christa said, "That's our new frontier out there, and it's everybody's business to know about space."

Grace Corrigan, Christa's mother, said in her book, A Journal For Christa, "Christa lived. She never just sat back and existed. Christa always accomplished everything that she was capable of accomplishing. She extended her own limitations. She cared about her fellow human beings. She did the ordinary, but she did it well and unfailingly."

Christa's mission continues at the Christa McAuliffe Planetarium which was erected in her memory. The idea for a planetarium was suggested by Louise Wiley, a teacher from Northwood, New Hampshire, and was chosen from among many other ideas because it combined Christa's dream of traveling through space with her dedication to teaching. In April, 1988, the New Hampshire Legislature appropriated funds to build the Planetarium, and groundbreaking took place on October 26, 1988. Construction was completed in little more than a year. On June 21, 1990, the Planetarium began its mission to educate, incite, and entertain learners of all ages in the sciences and humanities by actively engaging them in the exploration of astronomy and space science. Since then, nearly 30,000 school children a year, and thousands of others, have passed through the doors to participate in "The Ultimate Field Trip."


Christa McAuliffe Silver Dollar

The 2021 Christa McAuliffe Silver Dollar recognizes the former social studies teacher who in 1985, was chosen to be the first participant in the National Aeronautics and Space Administration’s Teacher in Space program. On January 28, 1986, McAuliffe and six astronauts were tragically killed when Space Shuttle Challenger exploded after launch.

Recipient Organization: FIRST (For Inspiration and Recognition of Science and Technology)

Commemorative Coin Surcharges


Morgan eventually became the first teacher in space

The Challenger disaster has remained a dark spot in NASA’s history, especially in a moment that was supposed to provide such a hope for the future of both space travel and education. The Teacher in Space program was discontinued.

Morgan took on the duties of a Teacher in Space designee from March to July 1986, speaking around the country on behalf of NASA. But that fall, she returned home to her teaching job. Twelve years later, NASA asked her back, not as a civilian, but to train to become an astronaut. In August 1998, she started training at Johnson Space Center and became a mission specialist, eventually working in the CAPCOM and robotics branches.

In August 2007, she finally made it to space on the shuttle Endeavour, becoming the first Educator Astronaut to reach orbit. “If we don’t take any risks at all, we’re not going anywhere,” she said򠯯ore the flight. “We teachers encourage our students all the time in the classroom to take some risks.”

Morgan looks back on the positives of the Challenger — and the hope it embodied. 𠇌hrista was a great representative of the teaching profession,” she told Space.com. 𠇌hrista reminded everybody, at a time when education was being lambasted, that our country is full of good teachers who are working really hard in the classroom to do the best they can to help our young people have a bright future.”

The lessons McAuliffe hoped to teach aboard the Challenger are now available online as part of her Lost Lessons. But perhaps the most valuable lesson she taught was the importance of education, as she famously captured in the words: "I touch the future. I teach.” 

Rachel Chang is a journalist and editor specializing in pop culture and travel.


Voir la vidéo: A former Idaho teacher who trained with Christa McAuliffe, is set to fly Wednesday on the space shut (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Armando

    Pour ma part, tu n'as pas raison. Je suis assuré. Je suggère d'en discuter.

  2. Anna

    Dans tout cela.

  3. Gardashura

    Tout à fait d'accord avec elle. J'aime cette idée, je suis entièrement d'accord avec toi.

  4. JoJoshicage

    Merci pour votre aide dans cette affaire. Je ne savais pas ça.



Écrire un message